1 mois en sac à dos en Turquie : le pays où tout est possible mais rien n’est sûr !

Notre aventure Turque commence un matin au Kosovo, lorsque notre amie allemande Mieke nous proposa : « Venez passer Noël en Turquie !« 
Ni une, ni deux, nous nous sommes dit que s’était une belle opportunité d’aller voir ce qui se passe là-bas.

C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à vagabonder autour de la Turquie entre 2019 et 2020 !

Nous avons troqué nos vélos contre des sacs à dos, pris des trains couchettes, de longs bus et levé le pouce en l’air quelques fois afin de découvrir ce riche et grand pays.

Notre itinéraire, qui ne rend pas compte de la taille de ce pays : il est immense, nous avons pris 2 jours de bus pour rejoindre l’Est à l’Ouest

Partis en bus du Kosovo le 5 décembre 2019, nous avons enchainé les frontières en rejoignant Skopje en Macédoine, puis Sofia en Bulgarie afin de prendre le fameux Istanbul Express. Nous avons passé la frontière Bulgare-Turque dans ce train « couchette » à 1 heure du matin, réveillés par le « Passport control ! Passport ! Passport Control !!! ».

L’Istanbul express : quand le train est arrivée nous avons eu du mal à imaginer que c’est celui là qui allait nous faire passer la frontière…

IMG_20191207_202232

Lors du passage des frontières pendant le voyage nous prenons conscience de la puissance du passeport Français… Alors que pour certains voyageurs, le passage de la frontière s’avère être un questionnaire et un refus de passage, pour nous ce sera un simple regard et un tampon et même parfois des petites blagues. Il est assez impressionnant d’observer que le fait de naitre dans un pays que l’on ne choisi pas conditionnera votre possibilité ou non de voyager dans le monde. A priori, tous les hommes ne naissent pas libre et égaux (mais ça on le savais déjà)…

Découverte d’Istanbul

A l’arrivée à Istanbul nous étions comme perdus… En train, nous traversions des grandes plaines vides et à présent se dresse devant nous des océans d’immeubles dont une partie en construction. Tout ces buildings à 20 étages nous paraissent paradoxaux, nous n’imaginions pas qu’il y ai autant de monde à loger, c’est à dire les quelques 15 millions de personnes qui s’agglutine autour de cette ville de commerces.

Avec Mieke, nous sommes perplexes …

IMG_20191208_114723

Hé oui ! Istanbul c’est une ville de commerce où l’on peut tout trouver. Tout se vend, c’est même organisé par quartiers, les rue sont à thèmes : la rue des chaussures, la rue des robes de mariées, la rue des enfants, la rue des sous vêtements, la rue des boutons, la rue des sacs, la rue du tabac, la rue des animaux… Dans ces rues immenses, tout les magasins, les uns à coté des autres, vendent à peu près la même chose. C’est un sacré BAZAR, et d’ailleurs, Istanbul est remplie de « bazars », dont le fameux « GRAND BAZAR« . Un marchand de tapis nous le qualifiera comme « Un autre monde », c’est pour vous dire…. Et en effet, nous nous sommes rendu dans ce lieux curieux.

C’est une mini ville couverte. Il ne se trouve pas un passage où l’on n’essaye pas de nous vendre quelques chose, pas un centimètres de vide, tout se vend.

Mais nous sentons bien le caractère touristique qu’a pris ce bazar, nous trouvons de tout, mais pas juste les milles délices que nous avions imaginé, il y a aussi beaucoup de n’importe quoi et finalement tous vendent un peu la même chose. A tout les prix, et surtout plus cher qu’à l’extérieur si vous êtes un touriste 😉

Dans la ville c’est sport entre les serveurs des restaurants qui veulent vous persuader que vous avez faim à n’importe quelle heure, les magasins de souvenirs, les vendeurs de tapis et autre où l’on est abordé par un « Welcome my friend ». D’un coté, c’est assez génial car on discute beaucoup, on rit, mais c’est un vrai sport pour éviter de se faire vendre quelque chose et juste se balader tranquilles! Car même si vous êtes persuadé que vous n’avez besoin de rien, ces vendeurs nés sont qualifiés pour vous persuader de l’inverse.

Nous avons même élaboré des techniques : leur répondre en finlandais pour être sûr qu’ils ne pourrons pas nous répondre, les ignorer (mais cette solution est inadaptée), donner un prix dérisoire (attention c’est risqué si le vendeur se prend aussi au jeu )… Finalement, nous nous laissons prendre quelque fois au jeu du marchandage et de la tchache ! Ce qui nous amène de bon copain et des caj (thé) à gogo !

Nous découvrons aussi des minis rocket stoves de bord de route toujours prêts à servir un caj ou un café chaud 😉

IMG_20191208_175337

Selçuk et Efes

Après ces 4 jours un peu fous à Istanbul, où tout nos repères de voyageurs à vélo ont été bouleversés : voyager à pied, être dans un grande ville, en appartement, en groupe, boire beaucoup trop de caj … Nous prenons avec joie le large pour découvrir la Turquie, direction le Sud-Ouest.

IMG_20191213_111827

Après avoir sué jusqu’à la « bus-station » pour s’évader, il nous a fallut plus de 4h pour sortir d’Istanbul, pas à cause des embouteillages, mais parce que la ville s’étend sur une centaine de km de buildings et de béton ! Impressionnant (effrayant) !

Nous arriverons à Selçuk le soir sous la pluie, près de la ville antique d’Ephèse. Nous poserons notre tente dans un camping afin de visiter cette ville riche d’histoire antique.

Un gentil couple nous prendra en autostop et nous emmènera à la maison de Marie de Nazareth. Lors de sa mort, le Christ a dit à son apôtre Jean de prendre Marie comme mère. Chose qu’il fera, et il viendra s’installer en haut d’une colline avec elle, où elle sera enseignante pour les enfants d’après ce que nous avons appris. C’est un endroit calme et paisible qui est un lieu de pèlerinage autant pour les musulmans et que pour les chrétiens.

Suite à cela, notre conducteur nous proposera d’aller dans les montagnes pour visiter un petit village producteur de vin. Nous découvrons sur cette route, les cultures d’agrumes et profitons des mandarines et oranges qui poussent absolument partout ! Elles se cueillent comme des mûres 😀

Finalement nous n’avons même pas visiter les vestiges d’Éphèse car le prix de l’entrée nous avait déjà bien refroidi (12euros) et nous avons passé une superbe journée avec notre conducteur qui prenait à merveille son nouveau rôle de guide !

Après 2 jours nous reprendrons un bus pour le Sud, direction Fethiye, afin de randonner sur la LIKYA YOLU

LIKYA YOLU : Balade dans le Sud de la Turquie

IMG_20191216_110431

La Likya Yolu est un itinéraire de randonnée de plus de 500 km reliant Fethiye à Antalya en longeant la côte. Nous avons marché 75km sur ce magnifique parcours. A l’affiche : découverte des ruines du 1er millénaire, des paysages paradisiaques entre mer et montagnes, des pâturages, des cultures d’oliviers et des villages reculés avec pas grand monde, mais de superbes rencontres…

Parfois nous manquerons un peu de nourriture ou d’eau mais jamais cruellement. Nous étions seuls sur cet itinéraire hyper touristique l’été et pourtant avec une météo parfaite.

Enfin seuls… nous rencontrions pleins d’animaux..: petite anecdote, un mulet nous suivra sur des sentiers extrêmement escarpés tout le long d’une journée, puis nous faussera compagnie dans la nuit. Dommage on l’aurait bien adopté 😉

IMG_20191218_125400

La Turquie a été pour nous synonyme de grandes découvertes culinaires. Quand après une longue journée d’ascension, nous avons trouvé un endroit où acheter à manger, nous avons été invités à nous asseoir sur les tapis du LIMON CAFE. Nous commandons des « GOZLEMES« , traduits sur la carte par « pancakes » … Mais nous sommes bien loin du pancake. La cuisinière prépara la pâte devant nous, huila sa grande « crêpière » turque, qui ressemble à un hang-drum, mais qui est utilisée pour cuire ces merveilles appelées « gozlemes ». Le plat consiste en un grosse crêpe très fine, cuite sur l’huile et fourée de fromage épicé, d’épinards ou de patates…. GÉNÉREUX ET DÉLICIEUX … Nous en dégusterons plus d’une vingtaine durant le reste du voyage !

Sur le chemin nous nous sommes fait inviter plusieurs fois pour partager des repas, ici avec des guides de Kapadokia en vacance d’hiver nous partageons le Gozeleme et le caj.

IMG_20191219_144522

Et quelque fois, au milieu de notre route paradisiaque et sauvage, nous avons rencontré des villages entiers de serres maraichères. De loin, comme un mirage au milieu des oliviers, comme des lacs parfois, nous apercevions ces cinquantaines de serres perchées là où se tenaient les villages de bergers, là où nous nous attendions pas à rencontrer ces ilots d’agriculture intensive.

IMG_20200101_135839

Les anciennes familles de fermiers n’ont pas eu besoin de déménager de leur village pour l’exode rural, c’est la mondialisation qui est venue à eux. Les routes sont encore de graviers, et y circulent tout les jours des camions pleins de cagettes bleues. Des magasins qui vendent les meilleurs semences hybrides et les meilleurs produits de traitements se sont installés dans ces petits villages. Dans les cagettes bleues nous trouvons des paprikas, des tomates, des concombres, des courgettes, tous calibrées à la même taille, tous parfaits. Les habitations sont au milieu de ces serres qui dessinent maintenant les villages et les villes de cette région.

Ramassage des olives

Sur le chemin plusieurs fois nous avons salué les travailleurs à genoux au pied des oliviers, toujours avec le sourire. Nous étions en pleine saison de récolte des olives noires matures.

Un matin nous nous sommes fait embaucher pour la récolte. Une famille nous faisaient de grand signes, nous nous sommes approchés : « Merhaba ! »

Et elle nous a expliqué le job : prendre l’olive par terre, et la mettre dans le seau ! Facile !

IMG-20200101-WA0033

Nous nous joignons à cette belle équipe familiale dans ce petit village où chaque voisins qui passe s’arrête pour mettre la main à l’olive et discuter un peu au pied des oliviers. Après 1 heure de cueillette, nous sommes invités à déguster un bon petit déjeuné autour d’un plateau d’argent bien rempli, juste pour nous 6 !

Ici pas besoin de parler la même langue, nous exprimons nos quelques mots de turcs que nous avions déjà appris, mais les signes suffisent.

Les femmes, toutes générations confondues, portent le fameux « flower pant » !

IMG-20200101-WA0043

Nous nous sommes finalement fait embaucher pour la journée en échange du gîte et du couvert.

Les femmes cuisinent pour nous, après avoir passé la même journée de travail, grand sourire et heureuses de nous remplir de délices gustatifs !

Dans la joie et la bonne humeur nous partageons le thé 🙂

IMG-20200101-WA0036

Nous avons donc découvert la maison de Emeh où, pieds nus sur les tapis, nous partagions le repas à base de Gozelemes, de bal (miel) et de peynir (fromage).

Rencontre inoubliable avec Emeh, qui nous a entretenu notre turc 🙂

IMG_20191229_084623

Nous avons passé les fêtes dans le Sud avec des oranges locales, à la recherche de l’esprit de Noël… Et nous nous sommes rendus compte à quelle point nous étions culturellement accrochés à des petits rituels, des moments, qui ne signifient plus grand chose sans nos proches. Mais nous étions très heureux de nous affranchir de ces obligations de festins et d’alcool pour passer la nouvelle année en mangeant des pâtes au feu de bois et de passer minuit endormis…

IMG-20200101-WA0047

KAPADOKIA

IMG_20200111_082856

La Cappadoce ! Un magnifique endroit où nous avons passé une semaine. Par un concours de circonstances, nous avions rencontré Faruk, un guide de cette région lors de notre randonnée sur la Likya Yolu. Et Faruk nous a accueilli à bras ouverts chez lui et aussi fait visiter sa maison familiale où, pendant 3 jours, nous nous sommes immergés dans la culture fermière turque, rendu compte de la vie que pouvait avoir la population dans ces petits villages.

IMG_20200105_131352

La cappadoce, ce fut aussi l’occasion pour Hélène, une amie de Claire, de nous rejoindre pour nous accompagner dans notre exploration de cette région où la géologie est impressionnante et où depuis des millénaires les humains habitent les villages troglodytes.

Le Grand Est

Depuis Kayseri en Cappadoce, nous nous lançons à la conquête de l’Est en montant à bord du Dogü Express.

Après plus de 20 heures de train nous avons atteint l’extrême Est. Nous voilà arrivés en »Sibérie turque », dans la ville de Kars.

Nous nous sommes fait accueillir par Tuna, un couchsurfer qui nous fera découvrir la ville de nuit, enchantée par les feux de rue autour desquels dansent et chantent des Kurdes au rythme de l’accordéon.

IMG-20200117-WA0014

Au petit matin nous sommes allés escalader le château de Kars pour contempler la vue à 360°C sur ce paysage surréaliste de plaines enneigées à perte de vue.

Ensuite nous avons pris la route de ANI, l’ancienne capitale arménienne. Nous étions alors 6, avec nos deux nouveaux copains du Dogü Express Alec et Alex, à faire du stop sur ces routes enneigées. Un camion s’arrête et nous y grimpons tout les 6 : 4 dans la remorque à -10° pendant 50 km, et 2 serrés dans la cabine !

IMG-20200116-WA0008

Les paysages sont époustouflants et le soleil nous fait l’honneur d’être de la partie. Nous arrivons dans un cul de sac appelé ANI. Il n’y a pas grand monde et pas plus de 100 maisons et au bout de la route une grande forteresse.

Nous rentrons dans le site protégé d’Ani où les vestiges de l’ancienne capitale Arménienne se dressent derrière cette forteresse coiffée de l’énorme drapeau turc.

IMG_20200113_151814

Le site est vaste, et sortent de terre des grands bâtiments, majoritairement religieux, au milieu d’un désert de pierres.

IMG_20200113_142211

Nous visitons églises et chapelles et nous apercevons l’Arménie derrière le fleuve et surtout derrière les barbelés et miradors.

Comme c’est triste de réaliser que ces simples barbelés empêchent les arméniens de se rendre sur les vestiges de leur ancienne capitale.

C’est dur aussi de s’imaginer ici une capitale…

IMG_20200113_141355

Les ruines d’un château surplombent les flot au niveau d’un méandre et à l’horizon rien .. des plaines et quelques sommets lointains. Nous nous sentons nous aussi LOIN !

Des ruines nous en avons pourtant déjà vu, surtout en Turquie. Mais souvent elles se dressent au milieu de nos villes actuelles. Ici il n’y a que quelques bergers autour qui vivent très simplement…

Un cul de sac sur barbelés, une capitale à terre au milieu du néant où se dressent encore les clochers des anciennes églises.

IMG-20200116-WA0017

Nous étions comme envoutés par se dépaysement total que les présentes photos ne sauront transparaitre.

Et quoi de mieux pour résumer notre séjour en Turquie que cette photo : Du caj, des copains, des rencontres, des gourmandises et le drapeau turc bien-sûr !

IMG-20200117-WA0018

Après ces 1 mois et demi en Turquie nous sommes rentrés au Kosovo le 23 janvier 2020 pour aller retrouver une vie un peu plus calme et cohérente, heureux de passer moins de temps dans les transports (finalement on est bien en vélo). Mais nous avons adoré gouter aux joies de voyager à pied, de randonner, de se sentir libres de vagabonder sans toujours penser si nos vélos sont bien attachés !

Ce fût un pays tellement riche à découvrir, de superbes rencontres, une culture très intéressante, nous avons eu le temps de bien nous imprégner !

La prochaine fois qu’on y retourne, ce sera à cheval 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :