SLO-02 : Enduit et bottes de pailles !

<– SLO-01 : Soca et Cebela à la découverte de la nature Slovène

Nous sommes arrivés au petit village de Preserje le lundi 2 septembre 2019, après une belle descente et… une belle montée. Ici, Tchopko et Manca construisent leur maison en paille. Nous les avons contacté à l’aide du réseau Workaway.

Arrivés avant eux sur les lieux, nous sommes partis en explorateurs de ce chantier bien avancé :

IMG_20190902_184223

Nous avons posés nos vélos au sec près d’une petite maison qui ressemble au point où s’organise la vie : la cuisine… ça à même l’air d’un atelier ! Les vis sont rangées au milieu des épices et des pots d’infusions, il y a même des jouets d’enfant, dont une superbe visseuse en plastique ! Puis nous y trouvons également les plans, affichés à la vue de tous .

IMG_20190902_184032

Il y a une petite cabane au fond du jardin, pour les toilettes et la douche, construite face à la forêt (idéal… 😉 ). Nous avons tout de suite relevé le système de toilettes sèches qui permet de séparer les phases solides et liquides .

IMG_20190902_184244

C’est très pratique en terme de nettoyage et en terme de produits finis. La fosse à déchets secs se décompose plus facilement, sans l’humidité du pipi et il y a moins d’odeur. L’essentiel des déjections solides étant composées d’eau, le tas, au fur et à mesure de sa décomposition perd en volume par évaporation, et il faut vider la fosse moins souvent que des toilettes mélangées. Les copeaux de bois permettent d’équilibrer le « fumier », d’absorber l’eau et l’odeur, ce qui fournit un compost sec.

La parti liquide est utilisée directement comme engrais. Très ammoniaquée elle fournit beaucoup d’azote !

IMG_20190902_184302

Tout ça est déjà bien élaboré ! Au milieu du chantier, des parterres de fleurs sont déjà en place, où poussent capucine, tomates et autres , un mélange d’orange, violet, rose, rouge et vert qui donne déjà au chantier une belle harmonie !

Les réseaux de drainages des eaux sur le terrain sont déjà maçonnés et surtout, la maison est déjà bien avancée, elle a une ossature en bois, un toit et une face qui à l’air déjà remplie…

La maison à notre arrivée

Après une heure de découverte, la petite famille arrive, ils étaient allés chercher les parents de Tchopko à l’aéroport. Une belle troupe sort de la voiture: Tchopko avec un T-shirt rouge pétant, un béret et surtout un pantalon serti de coccinelles, Manca et le petit Lev (se prononce Léo) et les grands parents ! Avant même de savoir que leur métier était de faire des spectacles, nous avions déjà capté le côté artistique du couple !

Autour d’un gros plat de pâtes nous nous rencontrons, nous apprenons à nous connaître et nous découvrons le chantier :

  • Le commencement du projet :

« Nous allons construire une maison, saine et écologique, ce qui nous paraît cohérent quoi ! « 

Ils font déjà beaucoup de choses de leur propres mains à la base. Tchopko a même l’habitude de coudre ses propres habits (regardez sa belle salopette en paille) !

IMG_20190903_170201

Mais construire une maison … C’est un autre pari !

« On s’est mis à calculer combien d’années il faudrait que l’on travail pour payer quelqu’un qui construise notre maison, et en combien d’années nous pouvions la construire par nous même et surtout est ce que c’était moins cherFaire ce calcul nous a conforté dans notre projet d’autoconstruction ! »

En commençant par se renseigner, apprendre, lire, se documenter sur internet où il y a des forums et des réseaux de constructeurs en paille*, les plans se dessinent. Tchopko a aussi participé à la construction d’autre maisons, sur d’autres chantiers participatifs ou des chantiers de copains.

*Réseau Français des Constructeur en Paille : https://rfcp.fr/

Ils ont trouvé le terrain il y a un peu près 5 ans, une super affaire, ils ont même eu du mal à y croire. Dans ce petit village de Preserje ont alors débarqué il y a 4 ans, Tchopko, Manca et Lev, pour construire leur maison en paille ! Du jamais vu !

  • Les premiers pas du chantier

Se faire une place : il a fallut venir à bout des ronces et expliquer aux voisins.

Les voisins, au départ un peu sceptiques, ont retrouvés un peu l’ambiance de l’entraide qu’ils avaient connus à leur époque lors de la construction du village. Ils ont d’abord observé, « il faut un peu faire ses preuves, nous dit Tchopko, mais dès qu’ils ont vu qu’on était des bosseurs et à quel rythme ça avançait c’était bon ! « . Ils passent d’ailleurs souvent sur le chantier !

Le bulldozer est venu pour terrasser ce terrain bien en pente. En 1 journée et demi le terrassement fut fait, laissant un gros tas de terre argileuse qui sera utilisée pour faire l’enduit de la maison !

IMG_20190906_175206

Les plans de Tchopko sont passés à la toute fin dans les mains d’un architecte afin que quelques détails soient ajoutés pour l’obtention du permis de construire. Mais l’essentiel du travail avait déjà été parfaitement fait par Tchopko, ce qui a permis aussi de s’affranchir des frais d’architecte !

  • Se faire la main : construction d’une cabane

La petite cabane où nous partageons le repas et où la petite famille vie le temps du chantier fût l’étape de test pour Tchopko et Manca. Ils voulaient construire quelque chose « sans grande conséquence » pour se prouver qu’ils étaient capables de faire une maison et s’approprier les techniques de construction naturelles.

Il fallait aussi tester la terre pour l’enduit, son taux d’argiles, voir comment elle réagissait, comment elle accrochait… Ils ont même fait des briques avec la terre du terrain pour mettre derrière le futur poêle de la maison, histoire de restituer la chaleur.

Des premiers pas important avant de se lancer dans les fondations de la maison !

  • Les basements

L’année dernière ont été finies les fondations, il a fallut creuser pour trouver la roche mère et y encrer les bases de la maison.

Ils les ont fait eux même, avec bétonneuse et tiges métalliques !

  • L’ossature, le toit et les murs :

Le pari de cette saison estivale 2019 était d’arriver à fermer la maison avant l’hiver !

Tchopko a passé l’hiver dernier à couper tout les petits morceaux de bois qui constituent cette ossature en bois en treillis : c’est à dire que les poutres sont constituées d’un assemblage de pièces de bois formant des successions de triangles (voir cette page pour de plus amples explications). Cette structure permet d’économiser 30% du bois tout en gardant la même solidité.

IMG_20190904_163340

En 2 gros week-end, grâce à une bonne équipe d’amis, de voisins, de famille ou de volontaires, l’ossature fût montée. Un vrai travail d’organisation avec toutes ces pièces : un jeu de construction géant comme on en rêve petits !

Le toit fût l’étape d’après. A l’aide d’un couvreur qui est venu leur montrer les bases et leur apprendre comment faire. Tchopko et Manca ont monté le toit avec une méthode bien particulière afin de résister à ce fameux vent qui peut dépasser les 180 km/h, ils ont fixé tuiles par tuiles.

Nous arrivons pour la phase de remplissage des murs avec de la paille, et la pose du premier enduit, dit « enduit d’accroche » !

IMG_20190903_121657

En une semaine, grâce à l’aide du papa de Tchopko et de nos 2 nouveaux copains cyclo-voyageurs Maxime et Maude, nous enduisons la face Nord, remplissons et enduisons la face Sud ! Ça va a une vitesse fulgurante à plusieurs, et c’est génial, nous avons « caressé » chaque centimètres de la maison afin que tout colle bien ensemble. Et tout ça dans la joie, la bonne humeur, entre coupé de bons repas !

La maison après notre départ : 2 faces de remplies 😉

P9060438
  • Matières premières et budget

La maison, sans le coût du terrain et des papiers pour le permis de construire, leur aura coûté 30 000 euros (matériel, matières premières, fondations, buldozers, interventions couvreurs..) .

Une aubaine me direz vous, et bien oui, il suffit d’oser, de prendre son temps et d’être très impliqués aussi. Pour minimiser les coûts par exemple ils ont utilisé des fenêtres de récupération, donc il faut passer du temps à faire le tour des chantiers pour trouver des matières premières !

Il faut tout réfléchir, pour l’échafaudage par exemple ils ont calculé si ça valait le coût de louer un échafaudage pour la durée du chantier, ou si il valait mieux intégrer dans les plans et le budget de faire un balcon qui servira aussi d’échafaudage ! Fallait y penser ! (regardez sur les photos de la vue d’ensemble de la maison pour voir à quoi ressemble l’échafaudage intégré 😉 )

L’éco-construction intègre principalement des ressources qui sont disponibles sur le territoire proche. La terre vient du terrain, la paille de la région, le bois de la scierie du coin, les fibres Tchopko va les récupérer dans les « déchets » de scieries, le sable de la carrière de la ville d’à côté …

Et surtout ils ont misé sur l’entraide en proposant à des volontaires de venir les aider en échange d’un toît et d’un couvert, et surtout d’une riche expérience ! Tout le monde est gagnants, nous avons appris énormément !

Il y a aussi la famille et les amis qui sont présents, c’est quand même sympa de se dire « c’est moi qui ai monté ce mur ».. « ah ça c’est moi qui l’ai peint .. »… Et surtout ça ressert les liens ! 😀

P9090439

Nous sommes repartis le 9 septembre 2019 sur les routes de la Slovènie avec nos nouveaux copains Maude et Maxime !

Après avoir aider dans une ferme en maraîchage biologique pendant une semaine ensuite, nous avons terminé notre aventure slovène le 15 septembre 2019 pour la Croatie !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :