FR-02 : 2 semaines à la ferme du Cap de la goutte en Ariège

<– FR-01 : Village dynamique et inspirant – St Pierre de Frugie en Dordogne

Après Saint Pierre de Frugie nous découvrons l’Ariège du 13 mai au 27 mai 2019. Nous avons entendu dire que ça bougeait pas mal du point de vue alternatif là-bas, alors on a voulu savoir ce que ça voulait dire !


En premier, nous nous sommes rendu au Mas d’Azil pour aller voir le siège de l’association Kokopelli qui défend la biodiversité en conservant et distribuant des semences libres de droits et reproductibles …(pour en savoir plus, notre article sur les semences arrive bientôt !!) .

Nous avons passé 2 nuits, accueillis chez Pascal qui gentiment nous a offert le petit dej au lit dans la tente ! ! Une super rencontre qui nous a fait par de son expérience avec l’armée, pour en conclure que les guerres dans le monde sont stratégiques car toutes liées à l’exploitation des ressources…

L’ Ariège c’est beau, c’est vert, c’est pas traversé par l’autoroute et il y a de l’agriculture ! Pascal nous explique que beaucoup de petits villages à l’abandon en Ariège ont été rebatis par des soixante-huitard notamment. Et que maintenant, après trois générations, l’Ariège est un petit berceau de villages en transitions. Nous le sentons sur le marché, du local et énormément de bio, on ne sait quel stand choisir !

La ferme du Cap de la Goutte

Nous avons traversé les grottes du Mas d’Azil pour aller direction Camarade, à la ferme du Cap de la goutte ! La vue sur les Pyrénées depuis les piémonts vers l’Ariège vallait les 5 km de montée !

Il y a plus d’une bonne dizaines d’années, Roberto et Veronika se sont installés sur 12 hectares. Du maraîchage, des animaux pour les travaux au champs et pour le lait, des prairies et vergers … De quoi assurer ses besoins alimentaires et revendre le surplus !
Et aujourd’hui la ferme du Cap de la Goutte c’est : Veronika qui aimerait passer plus de temps dans son atelier de tissage de la laine , Roberto qui assure la traction animale, la transformation du lait et bien d’autres choses ! Tout les deux transmettent et partagent leurs tâches et expériences avec Lucie et Seb qui se sont récemment installés ici avec leur 2 enfants . Lucie va apprendre à faire de la traction animale elle aussi, mais avec les vaches. Elle s’occupe donc de la traite et du soin des bêtes avec Roberto. Seb lui aime la transformation, pour l’instant il s’occupe entre autre de la boulangerie et apprend avec Roberto la transformation du lait en fromage, beurre et fromage blanc. Il y a aussi Mathilde qui fait une saison pour acquérir de l’expérience en maraîchage. Et il y a Gauthier et Adrien, les enfants de Seb et Lucie, qui s’épanouissent à la ferme ! (Les enfants font l’école à la maison et sont très éveillés 😉)
Ça fait donc un beau petit monde, qui vit ensemble !

Leur tache commune : travailler pour bien manger !

comme nous dit Lucie. Et au delà de l’agriculture, c’est vivre ensemble, éduquer les enfants, transmettre et partager…


Nous sentons un bel equilibre et une organisation qui permet à ce petit groupe de vivre ensembles et heureux. Chaque dimanche soir une réunion permet d’organiser et distribuer les taches de la semaine, de dire qui fera à manger les midis ( qui est le repas commun de la journée ), qui fera la vaisselle et qui sera absent. ..

Et oui car il y a du temps libre dans cette ferme bien dimensionnée, où l’on prend le temps de bien faire les choses pour que ça marche, que ça soit beau et harmonieux !

Nous accompagnons donc tout ce petit monde! Il y a Elvira et Espérance, 2 belles vaches pyrénéenne qu’on trait à la main le matin et le soir ! Elles sont aux champs avec 4 chevaux et Ulysse, le mulet !

La traite d’Elvira le matin fournit un bon seau pleins qui permet, avec la traite du soir, de remplir les besoins en produits laitiers d’un couple, d’une famille et des gens de passage comme nous 😉

Avec Roberto on utilise Ulysse pour nous porter des charges lourdes, et pour biner* les patates ! Il sort aussi 2 chevaux pour remorquer des charges encore plus lourdes et aussi pour passer la herse * sur les 28 lignes de maïs que nous plantons au semoir à main, super pratique et rapide !

Certains dirons  » ils sont revenus au moyen âge avec leurs chevaux, ça doit être bien long et pénible !  » mais nous ce que l’on a vu c’est que les animaux rendent bien service et permettent un équilibre dans une ferme, l’essentiel c’est d’avoir bien dimensionné ses surfaces, de ne pas être esclave de son système et surtout d’aimer ca ! Et nous … ça nous a bien plu !

Seb fait le pain une fois par semaine à l’aide du moulin qui transforme en farine le grand épeautre qui pousse à la ferme !

Il y a aussi tout ces beaux légumes qui poussent à l’aide du compost de la ferme. Là-bas, le compost, c’est structuré comme des lasagnes géantes, il se compose de couches qui alternent matières azotées et matières carbonées. Les sources de matières : les animaux, le jardin et la cuisine ! L’essentiel c’est de ne pas tasser , bien aéré la décomposition du compost est optimale ! Nous avons aidé à couvrir les tas de compost d’herbes fraîches, pour qu’elles protègent le compost tout l’été en conservant son humidité.

Nous avons eu l’occasion de travailler la peau de chèvre avec Rafaël qui vit sur la ferme et qui est un artisan musicien ! La réalité qu’il faut rappeler c’est que si l’on veut du lait, il faut que la chèvre ( ou la vache, la brebis..) ait un petit, et comme on veut récupérer ce lait, hé bien on ne veut pas qu’il le mange. Alors ça amène parfois (souvent) à sa mise à mort. C’est la réalité de tout les mangeurs de produits laitiers.
Nous avons donc manger la viande de ces chevreaux, et pour ne rien perdre nous avons appris à tendre la peau pour faire des tam tam ! Merci Rafa 😉

Après ce beau séjour, sans moteur, comme sur notre vélo, nous reprenons la route, pleins de souvenirs en tête et surtout l’idée que ce que l’on a vu là c’est pas une utopie … 😁

Au programme 20km de descente ! On rallie les Pyrénées au Massif central pour rejoindre le Haut Languedoc, chez Michel !

FR-03 : Chez Michel à Bédarieux –>

Un commentaire sur “FR-02 : 2 semaines à la ferme du Cap de la goutte en Ariège

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :